Pêcheur surf trois bassin réunion photographie Gko Prod

Trois-Bassins, le pêcheur et les surfeurs…

Vague à l'âme

Il n’y a pas si longtemps, il y avait tous les week-end des familles, des pêcheurs et des surfeurs à cet endroit. Des enfants jouaient sur le sable, couraient après les vagues ou se faisaient courser par elles.
Plus loin, à l’ombre des quelques maigres pié d’bois et des parasols, le campement familial où le rougail saucisses côtoyait le taboulé et les sandwichs. 
Une ambiance bon enfant, loin des loueurs de transats et vendeurs de cocktails pieds dans l’eau ou des fiestas privées en pump it up.
Pas mon truc, chacun ses goûts. 

Trois bassins surf photographie

Vue depuis l’esplanade : la plage est toujours là mais n’est plus tout à fait la même. Le raisin de mer, le sable granuleux, les vagues qui viennent lécher doucement le matin ce bout de littoral peuvent témoigner du grand vide.
Un lecteur isolé profite de son roman et des embruns. Les traces des enfants dans le sable ont disparu. 
Le surfeur a quitté l’eau, planche sous le bras, les yeux baissés, il détourne le regard de cette croix déjà un peu blanchie au milieu des rochers et des herbes folles . In memoriam
Pour peu qu’on s’y attarde, le lieu est apaisant. Pas de camion bar aujourd’hui. Le spot attirait autrefois quelques fêtes musicales. Je me souviens de l’anniversaire de Stéph, 5 groupes, du rock et une soirée mémorable, face à la mer. 

Battant des lames

« Du battant des lames au sommet des montagnes ». L’expression rebattue n’en est pas moins saisissante de sens.
Elle est, à l’origine, une définition de concessions de la Compagnie des Indes. Popularisée par Jean Albany et Catherine Lavaux , elle fait florès dans les brochures touristiques et chez les amateurs de séga. 
Je me plais à me rêver oiseau, paille-en-queue, pétrel ou fou qui longe la ravine Trois-Bassins traverse la savane et plonge ses yeux dans l’océan. 
Il n’a que faire des arrêtés d’interdiction des activités nautiques, des polémiques sur le droit à la mer et encore moins des inévitables bouchons du week-end pour accéder à la plage. 
En survolant la tombe, il n’a pas une hésitation quand il s’agit de pénétrer dans l’océan et de cueillir le poisson au milieu de la vague. 

« La montagne commence à monter depuis le battant des lames »

Jean Albany

Se jeter à l'eau ?

Lui, devant la mer,  hésite. Les vagues sont présentes, certes pas énormes mais l’eau est claire. « Tu comprends, me dit-il l’appel de l’océan est fort mais je ne sais pas si je vais y aller. 
J’ai des amis là-bas dans les vagues. Ils ont l’air de bien s’éclater ». 

Je n’ai jamais été vraiment amateur de glisse à la différence de plusieurs de mes amis. Je comprends les hésitations de ce jeune homme. Comme tout le monde, je reste marqué par les drames.
Au temps où je me suis essayé à la planche, je passais plus de temps dans la machine à laver que sur mon fier destrier de résine, plus de temps à ramer qu’à glisser. Avec un peu, beaucoup, d’imagination, c’était du bodysurf …sous l’eau, en position foetale. Bref, plus Pierre Richard que Patrick Swayze, plus Michel Blanc que Keanu Reeves. Donnez moi une balle et une raquette et on reparlera de Point Break !
Je me rappelle d’une leçon de surf d’un ami, de ses encouragements. Moi, je crachais mes poumons comme après un marathon. J’avais fait à peine deux mètres dans l’eau les bras en feu, et je voyais ces filles de 12 et 8 ans filer vers les vagues avec une aisance de sirènes. J’ai dû avaler plus d’eau de mer que de vagues ce jour là. Qu’on ne vienne pas me dire que ce n’est pas physique ! 
Plus tard, j’ai essayé Boucan et le bodyboard. Plus de monde, un peu plus de confiance ou d’inconscience, un peu moins machine à laver mais comme disais Brice : « l’océan ne voulait pas de moi ». 
Je sens encore la force des vagues, la sensation unique de glisser, ne serait-ce qu’un tout petit peu. 
Au même endroit, des années plus tard, le cauchemar. J’avais depuis longtemps remisé la planche. Elle a fini dans une brocante. 

Est-ce que ça mord ?

pêcheur pointe de Trois-Bassins Photographie Gko Prod

Le pêcheur est peu loquace. Il vient moins pour le poisson que pour se retrouver. 
Agrippé aux rochers basaltiques, les baskets à l’abri, il lance sa ligne. L’écume bouillonnante l’entoure d’une aura blanche face à cette mer de bleus. 
Le geste est sûr, le corps ancré, la peau tannée. De loin, je l’avais pris pour un lanceur de couteaux dans un cirque océanique. Il y a quelque chose d’aérien, de puissant et de précis. 
On est loin, là encore des polémiques, des braconniers nocturnes dans le lagon ou des fossoyeurs de la biodiversité.
Juste un homme, torse nu, face aux éléments. 

"La béké" ?

Pas de sardines ni de petits rouges au bout de la ligne aujourd’hui mais de drôles de poissons en lycra jouant dans  les vagues.
Au loin, un bateau amène des plongeurs amateurs de beaux fonds. 

Pêcheur et surfeurs à Trois Bassins photo Gko prod

Backwash

Se dit d’un ressac, d’une vague qui repart du bord vers le large et rencontre des vagues entrantes. Alors que de nouveaux amateurs arrivent sur les lieux, d’autres aventuriers plient bagage. « C’était pas ça, mais ça fait du bien. On a pu s’amuser !  » me glisse l’un d’entre eux. Planche sous le bras et sourire aux lèvres, il retourne à sa voiture.  
Aujourd’hui, tout va bien. 

Trois Bassins : visite virtuelle HD

Découvrez le spot de Trois-Bassins en visite virtuelle HD 360. 
Pour en savoir plus sur mon travail, je vous conseille de suivre ce lien : visites virtuelles.

Vous aimez cet article ? Partagez le !

Un petit like, un partage, des remarques ou un petit message ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Vous souhaitez mettre en valeur votre activité ?

contacter Gko prod

Contactez-moi !

Retour haut de page